Le prédicat et les nouveaux programmes

Le prédicat ?

Le Prédicat : Cette nouvelle notion  sera-t-elle utile pour l’apprentissage de la grammaire ?

Avant de pouvoir répondre à cette question, lisons la définition exacte  la plus simple, donnée par le dictionnaire  à propos du prédicat :

C’est «dire des choses à propos de». Voilà ce qu’est le prédicat. C’est dire quelque chose ( ce que vous voulez dire ) à propos d’un sujet.

Voilà.

En philosophie, le prédicat est une notion de théorie classique aristotélicienne.

En grammaire traditionnelle, c’est le nom donné à l’adjectif attribut dans une phrase comportant l’auxiliaire être.

Appliqué indifféremment en Grammaire, le prédicat est une notion  globale,

C’est donc une fonction mettant en œuvre un ou plusieurs arguments, utilisée pour déclarer quelque chose concernant des objets ( sujets), et dont le résultat est vrai ou faux.

Nous sommes dans l’opinion ou l’argumentation et non plus dans l’identité et la fonction objective.

Le but de cette substitution est de reporter au collège la compréhension du COD, qui serait trop difficile en Primaire…

Soyons sérieux  ! En quoi la recherche du COD dans une proposition telle  que   » je ( pronom sujet) dessine ( verbe) une ( article indéfini) fleur ( nom COD )  » est-elle si compliquée ?  Nos élèves de CE1 le comprennent sans effort.

Or,  partir de l’ argument  simplification, qui consiste à éluder ou à reporter l’étude de fonctions fondamentales simples  au prétexte que c’est trop difficile,  revient à ne plus faire de la grammaire, au contraire. Le prédicat, tel qu’il serait enseigné, empêche de penser, de réfléchir : un attribut (du sujet) ou un complément d’objet direct (du verbe) sont rigoureusement opposés (pour le sens comme pour l’accord). Ils sont désormais englobés dans un même ensemble indistinct !

J’affirme que la recherche du COD est fondamentale pour permettre aux élèves de distinguer correctement la fonction sujet.

En effet c’est seulement après avoir posé la question « Qui est-ce qui …? » que l’on reprend le groupe sujet +/ verbe pour poser ensuite la question du complément qui peut être en effet COD, COI ou CC..

Introduire la notion de  prédicat, c’est ajouter un nouveau terme inutile, incompréhensible.

C’est appauvrir la pensée parce que ce concept éclipse volontairement des degrés d’analyse plus précis et nécessaires, comme nous l’avons vu.

Les promoteurs du prédicat se veulent rassurants. La première version des programmes prévoyait la suppression pure et simple du COD…On sait où conduit ce genre de stratégie.

Concrètement, les élèves qui auront appris le COD en CE1 ou CE2 l’an passé apprendront désormais le prédicat en CM1 ; les parents quant à eux découvrent éberlués « prédicat » et « compléments de phrase » dans les manuels. D’ailleurs, les professeurs eux-mêmes sont perplexes à propos d’une notion plus que nébuleuse. Certains disent que c’est la fonction du verbe, d’autres  que c’est la fonction du groupe verbal. Il y a plus grave : les programmes postulent l’existence d’un seul « prédicat de la phrase », ce que confirme un inspecteur de lettres au cours d’une formation à la réforme du collège. Quant aux universitaires ils affirment… qu’il peut y en avoir plusieurs. 

Les nouveaux programmes rédigés dans la précipitation et sans consensus ont d’ailleurs été rejetés au CSE par la communauté éducative en 2015)

Que dire de ces spécialistes qui considèrent le français n’est plus qu’ un « langage » parmi d’autre langages  ( site de l’Education Nationale) : « les langages mathématiques, scientifiques et informatiques ; les langages des arts et du corps. »).

L’oral a pris symboliquement la première place dans les programmes, la littérature s’efface au profit de la communication. ( et encore via les textos !!) La maîtrise de l’écrit est de moins en moins exigeante, on compte  les points d’une dictée avec une évaluation « positive ». L’inspection générale a même proposé récemment un nouveau barème pour rendre passables les copies les plus inacceptables au brevet !

Enseignement déstructuré avec la réforme du collège, rectifications orthographiques autoritaires (de l’aveu des éditeurs), volonté de supprimer l’enseignement des langues anciennes et désormais appauvrissement de la grammaire. C’est le programme parfait pour  créer des inégalités !

Une réflexion sur “Le prédicat ?

  1. Votre point de vue me rassure! En dehors du cod point de salut!
    On pourra donc continuer à profiter de vos cours de français d’une si grande qualité sans craindre les réformes mortifères!

    Une instit admirative

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *